Skip to content

Mobilier urbain partenaire de vie

par Florent Aziosmanoff

Un service adapté
Un service numérique complet
Fonction dramatique : une relation humanisée
Marivaux
Une société robotique marivaldienne


Une société robotique marivaldienne

C’est donc dans ce jeu que sont pris les robots du Jardin des amours, entre eux ou avec les usagers. La disposition dans le jardin des éléments de mobiliers est sans cesse reconfigurée, selon les évolutions de leur désir ou répulsion les uns pour les autres, voire, vis à vis des visiteurs.

Le public trouve ainsi l’aménagement du jardin à chaque fois dans un ordre qui manifeste l’état des relations amoureuses de la population des robots.

Le théâtre de Marivaux convient bien à cette société robotique, condamnée à ne pouvoir consommer l’acte amoureux, mais pouvant (paraître) en vivre toutes les exaltations, en particulier dans la recherche de l’autre.

Et, au travers de ces actions en apparence superficielles, il met en prise le spectateur – et donc ici les usagers du jardin – avec des enjeux existentiels fondamentaux : qui suis-je ? Quelle est ma place par rapport à ceux qui m’entourent ? Quelle est ma place dans le monde ?

Et pour nous qui vivons et vivrons de plus en plus avec des robots, qu’ils soient objets physiques déambulant parmi nous, smartphones dans nos poches ou obscurs systèmes gérant les infrastructures de notre vie, la question de savoir ce que nous somme vis à vis d’eux et eux vis à vis de nous est d’une vive actualité. A l’aube de la relation que nous allons entretenir avec cette autre société, que nous élaborons pour nous servir, nous reconsidérons une fois de plus et avec un nouvel éclairage cette question fondamentale : face à cet autre, qui suis-je ?

Le prototype du Jardin des amours ne présentera pas l’intégralité des fonctions décrites ici, il en réalisera quelques-unes, en esquissera certaines, et donnera à imaginer les autres. Il trace une perspective et explore des solutions, tout en se proposant comme un support à la réflexion sur ce que nous voulons pour notre vie des avancées du numérique.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :