Skip to content

Robots

par le Strate Collège

De Marivaux au Jardin des amours
Le Design
La mécatronique


Le Design

Une première phase de recherche à été accomplie par des étudiants de Master Design Industriel et Conduite de l’Innovation. Deux d’entre eux ont assuré la suite du projet avec une équipe d’étudiants en design interactif de quatrième année. L’équipe ainsi formée a travaillé durant huit semaines afin d’élaborer le cahier des charges design. Chaque séance était encadrée par le designer Etienne de Frileuze qui a assuré la coordination avec les différentes équipes travaillant sur le projet. Les réunions se sont déroulées avec Florent Aziosmanoff initiateur du projet, ainsi que les intervenants du CRIIF.

L’élaboration du design a débuté par une phase de recherche et de brainstorming sur les services pouvant être proposés par les objets. Dans un second temps, l’équipe s’est concentrée sur le design formel, en cohérence avec l’univers de Marivaux, et la définition des comportements.

La poubelle, vive et malicieuse est librement inspirée du personnage d’Arlequin dans la Commedia dell’arte. Ses facettes rappellent l’imprimé de losange de son costume.
Quant au lampadaire, personnage mince et élancé, il se définit comme l’intellectuel du groupe. Distingué, il se pare de jabots en guise d’ombrelle et les fait tourner comme un éventail au gré de ses humeurs. 


Enfin le banc, massif et accueillant, offre aux visiteurs la possibilité de se lover confortablement entre ses accoudoirs pour profiter des services disponibles sur l’iPad : voir les horaires des prochains bus, les activités proposées par le parc etc… Les lattes du dossier réinterprètent la typologie des bancs de parc en bois et fer forgé. La verticalité du dossier allège son allure générale et lui donne une silhouette imposante, voire royale.
Le drapé qui est installé à la base des objets camoufle le châssis technique et les composants mécatroniques et numériques, tout en donnant une cohérence à l’ensemble. Ses courbes font références aux tissus travaillés des costumes marivaldiens.


Toute la difficulté était de s’éloigner des codes de la robotique tels que nous les connaissons aujourd’hui, en assumant des objets baroques. Il a fallu également penser l’intégration des composants techniques dont certains d’entre eux, comme les caméras, se devaient d’être bien visibles pour permettre le fonctionnement des robots.

Au fil des rencontres avec les divers intervenants, le design a beaucoup évolué, afin de coller aux spécifications techniques, qui ont été en permanente évolution tout au long du projet. En effet, le cahier des charges global n’a cessé de s’adapter, les phases de conception se déroulant en même temps que sa constitution, comme c’est le cas dans les projets menés de manière itérative.

Confrontés habituellement aux projets d’école, avec Le Jardin des amours les étudiants ainsi ont été confrontés aux contraintes bien réelles inhérentes au prototypage, pour mener à bien la phase de design.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :